Ebranche tout !

OK, l’arbre que tu viens d’abattre est là paisible à s’ébattre dans les fougères. Tu ne peux pas le laisser dans cet état. Les morts habituellement on les habille. Lui par respect tu vas le déshabiller. De cet arbre, tu dois en faire une grume.

Tu es là, à côté de la souche, restes-y, pourquoi faire des pas inutiles ? Enlève ce pied que tu as posé sur elle comme le chasseur colonial sur son rhinocéros  et recoupe là si elle n’est pas belle, recoupe là bien à ras qu’on ne se prenne pas les pieds et les roues de tracteur dedans. Et recoupe moi, non… pas les cheveux mais le peigne laissé par la charnière. Et maintenant les branches t’attendent, goguenardes.  cerfbrame2Tu dois te placer à gauche de l’arbre, ta tronçonneuse à droite, le bloc moteur au centre avec la chaine à droite et ta jambe droite à gauche. T’es gaucher ? T’es dans la merde. Ce sera comme quand t’étais petit à l’école, transforme toi en droitier mec…

Il ne reste plus qu’à couper bien à ras toutes les branches, à gauche du tronc, sur le tronc, à droite du tronc, sous le tronc, tout en restant toujours à gauche du tronc. Ne coupe jamais en direction de ton corps ou de tes pieds sinon, sinon… 870x489_maxnewsfrthree806831Fais gaffe, la compression est partout, jamais au même endroit, faible, forte, dessus, dessous, elle te guette, toujours prête à te coincer la chaine et ne te sers pas du bout de ton guide, il pourrait lui aussi t’en vouloir et rebondir vers toi et par-dessus le marché, c’est un …  

25470-170830134000069-0-854x480Une branche reste posée là, devant toi, alanguie sur le tronc, ou plus mesquine, sur ta tronçonneuse. Ta main droite voudrait s’en saisir pour jeter l’impudente. Tu n’aurais pas au préalable enclenché le frein de chaine d’un vif mouvement de  ton poignet gauche…  

imagesEt tu avances, tu avances, ne vas pas de l’autre côté du tronc, ne marche pas sur le tronc, n’enjambe pas le tronc, ne va pas sous le tronc et encore moins dans une pente. Un arbre roule peu, une grume beaucoup. Un arbre en train de se faire transformer en grume découvre les joies de la roulade. Et je ne te parle pas des branches sur lesquelles l’arbre s’appuie comme le menton d’une tête trop lourde dans des mains sur des bras accoudés. Là, il te faudra aller chercher Parcy et Mony. Ton arbre se meurt mais il a encore une âme. Il n’ira jamais loin mais il est toujours partant pour te tendre un dernier piège qui pourrait te la faire perdre ton âme...

Ta tronçonneuse est lourde, trop lourde, tes forces baissent… Alors voilà : n’est pas peur d’elle, ne la tiens pas loin de toi comme une pestiférée, comme si tu en avais peur. Elle le sentirait, comme un chien. Garde- là, près de toi, comme un doudou, souvent posée sur ta jambe droite. Elle doit faire corps avec toi, mais aussi avec l’arbre, le guide le plus souvent posé sur le tronc qui en faite guide le guide. C’est le secret pour que tes nœuds soient arasés et que toi tu ne sois pas harassé.  Un-cerf-660x440N’oublie pas de découper le tronc aux dimensions voulues au fur et à mesure que tu l’ébranches. Profites-en. Pour une fois que dans ta vie on te conseille de tout faire en même temps !

Pour terminer ne laisse pas les branches coupées en pagaille. Range-les en andain si on te l’a demandé pour qu’un broyeur passe les broyer. Ou bien transforme- les en purée, avec ta tronçonneuse que tu transformes en mixer. Tu as pris l’arbre à la forêt. Tu te dois de ramener au plus vite les branches à la terre. Il en va de l’avenir de la forêt, et de la terre, et donc de toi. C’est bon, tu peux éteindre ta pétoire. On débriefe !  approche-au-cerf-en-haute-loire