Avant de couper le moindre bout de bois dans une forêt, il s’agit de bien préparer son affaire. Partiriez-vous en montagne sans sac à dos sans gourde, sans cartes, sans bananes séchées ? Sur la plage sans serviette sans crème à bronzer ? A Milan sans Remo.

Couper du bois ne s’improvise pas. Commencer par laisser la tronçonneuse à la maison et allez vous promener tranquillement sur les lieux du crime. Arrivé sur place, observez tous les facteurs potentiels de risque : lignes électriques, routes, autoroutes, lignes téléphoniques, lignes TGV, et je ne parle pas des trous, des bosses, des fossés, des mines anti personnelles, des volcans, des serpents, des sangliers ou autres tigres du Bengale. Notez aussi l’itinéraire pour accéder à la parcelle, la commune, le lieu-dit la position GPS, le pays, pour les migrants bucherons. Ah ces travailleurs détachés…

 Regardez si vous avez du réseau, si ça passe avec Bouygues, avec Orange, avec Free, SFR, si « yalawifi ». Au pire prévoyez l’émetteur radio. Rien ne passe ? Il vous reste la télépathie, notez, notez tout sur une fiche de chantier d’évaluation des risques.

Observez, observez bien car l’évaluation des risques est un…   8-relacher-la-marmotte_181500_w620 - CopieRentrez à la maison, laissez reposer, prenez votre tronçonneuse, revenez. Vous avez oublié l’essence ? Retournez. Revenez.

Votre chantier doit être signalé. Pour se faire, positionnez à l’entrée du chemin d’accès un panneau de chantier sur lequel vous inscrivez : présence de bucheron, féroce (si vous ne voulez voir absolument personne), bucheron harmonieusement et vigoureusement musclé (si vous vouliez éventuellement voir quelqu’un). De toute façon, mettez-vous d’accord avec votre collègue car vous devez être deux au minimum, le plaisir travail en solitaire étant interdit.

Votre chantier doit être matérialisé. Ruba Lise n’est pas le nom d’une fée ensorcelante de la forêt. Pensez toujours à avoir un rouleau sur vous. Un autre rouleau, en papier plus doux celui-là n’est pas obligatoire, et pourtant… A ce jour, l’eau est obligatoire, le PQ, non, mais les petits besoins en forêt sont permis. Jusqu’à quand ? Et l’eau, c’est pour boire, même pas pour se laver les mains. Laissons cela sous la litière. Les lavabos pourraient devenir obligatoires…

OK, vous êtes deux, et vous n’allez voir personne de la journée, même les chevreuils vont se barrer. Pourtant ne restez pas collés l’un à l’autre, c’est vulgaire. Distance de sécurité telle que vous ne puissiez vous assommer mutuellement à grand coup d’arbres sur la tronche s’il vous prenait l’envie de régler un conflit relationnel. Même si vous ne pouvez plus vous voir, vêtements fluo pour bien vous voir s’il vous plait.

Panneautisés, rubalisés, villagepeopolisés, équipés de fond en cape ? Alors, GO, feu, partez ! Direction, un arbre marqué. Faites gaffe, des fois c’est ceux que l’on veut garder que l’on marque… Du coup, coupez les autres. Bon, on le coupe cet arbre oui ou merde ?

Ya pas le feu ! (en forêt vaut mieux…). Faut trouver le penchant de l’arbre. De là, déterminer la direction de chute de l’arbre et c’est pas forcément la même chose. Le penchant, c’est pas évident. Au nord, le pack de bière, si t’as un penchant pour l’alcool, t’évite. Au sud, belle pelouse ensoleillée avec de belles promeneuses en attente de sensations fortes, alanguies, allongées. Si t’as un penchant pour les filles… Il te reste à l’est un bosquet de pruneliers, idéal pour un sado maso. A l’ouest une guirlande de ceps.

Ramasser des ceps sans rien abimer, oui. Ne pas respecter la faune, la flore, le biotope, les lombrics, les gentianes, la biodiversité, renverser de l’huile, de l’essence, mettre le feu, mettre de l’huile sur le feu, non ! Vous devez respecter cette notion un peu flou, ministérielle, technocratique, je dirais presque… européenne : l’environnement !!! Sinon…, sinon quoi ?...   1021559778 - CopieOK, tu ramasses les ceps et t’envoies après, ça marche. De toute façon, tu dois nettoyer ton couloir d’abattage. Puis, nettoyer le pourtour de l’arbre et ébrancher les branches basses, tronçonneuse toujours en dessous des épaules si tu ne veux pas qu’un jour ta tête te reste sur les bras. Les bras t’en tomberaient et là ce serait pas le pied. Ta tronçonneuse est au dessus de tes épaules… ? Malheureux…, c’est un…   

9ab0ed76cf_66120_album-nac18 - CopieT’ébranche en tournant dans le sens contraire des aiguilles d’une montre. A l’inverse tu pourrais te tailler la barbe, même si tu pourrais un peu te raser mon salaud. Puis, nettoyage toujours (dis-donc c’est le printemps !) du chemin de fuite, et pas forcément là où ça t’arrange canaillou. Tu oublies le chemin de repli… ? Ti es fou… !!! C’est un putain de… 

marmotte_en_furie1 - CopieT’es bientôt prêt pour l’abattage. Ça devrait tomber dans le couloir d’abattage. Ça devrait… Alors, tu vires tout, les binouzes, les filles et les champignons et tu viens encore inspecter le pied de l’arbre, s’il est en bon état. Si tu l’es toi aussi, les choses sérieuses vont pouvoir commencer. Pas d’inspection ? C’est la sanction !...  

bisbille-au-sein-des-marmottes-quant-larrivee-du-printemps-488759 (1) - CopieSes mains calleuses et vigoureuses empoignèrent la machine encore chaude. Les effluves d’essence et de résine déjà l’enivrait, hum…

Dis donc mec, t’as bien ta trousse à pharmacie avec pansement compressif et tire-tique, et bien vérifiée chaque année avec des dates de péremption qui ne remontent aux années 60. Allez va s’y, démarre.

Avec le frein de chaine purée…

Tuto yoyo