Lubrification ? Ok. Frein de chaine OK. Allez, on se remet dans le bain : oubli de vérification de frein de chaine à chaud… ?...  

1021559778 - CopieRalenti ? OK. Arrêt d’urgence ? OK. Tension de chaine à chaud ? OK. Purée, on est à Cap Canaveral ou à Monza. Rigole pas mec, t’es au permis tronçonneuse, c’est pas une blague. T’as fait le plein ? Purée j’y crois pas… Magne-toi bordel ! Tu vois pas la queue des candidats sur le sentier !

Allez, l’entaille de direction, dans la direction d’abattage. Et cette direction, c’est à toi de la décider. Si tous les arbres à abattre commençaient à choisir là où ils veulent tomber, ce serait l’anarchie de la nature face à laquelle il est temps de te dresser.

Deux traits de coupe, un à plat, l’autre à 45 degrés, les deux doivent se rejoindre parfaitement au fond de l’entaille. Si c’est pas le cas…, fais gaffe… !...  marmotte_en_furie1 - CopieNormal mec, l’entaille, c’est la première encoche dans le contrat que tu as avec cette arbre, cet arbre qui te fait vivre, qui te permet de respirer sur cette terre et que tu vas mettre à terre. C’est une mise à mort, on respecte la mort. Cet arbre va mourir, alors tu te dois de faire les choses dans les règles de l’art. Putain non, tu vas pas te mettre à chialer bordel, reviens ici, tout de suite, t’as payé pour ce permis mec !

Regarde, ces deux traits de coupe doivent être une convergence, une rencontre parfaite entre le ciel et la mer sur la ligne d’horizon. Mais fais attention. Oui c’est vrai, dans la vie, il faut savoir approfondir les choses. Tu peux approfondir tout ce que tu veux, sauf une entaille de direction. Maximum, 1/3 du diamètre de l’arbre. Minimum 1/5. Eh ouais mon gars, 1/3 est plus grand que 1/5, jamais entendu parler des fractions ? Alors, je te raconte : il était une fois une fraction… j’déconne… Bon, je te fais une ordonnance, je te mets 4 heures de maths.

D’abord le plancher, ou d’abord le plafond ? Le plat avant l’oblique ? Le dessus avant le dessous ? Belle question mon ami. Respecte-là. C’est une des plus grandes questions de l’histoire de l’humanité. D’autant qu’elle n’est toujours pas tranchée. Il te faudra toi aussi répondre à cette question un jour quand tu auras suffisamment avancé sur ton chemin. En attendant, ici, c’est moi qui décide, ce sera d’abord le plancher, le plat, le dessous. C’est pas parce qu’on est en démocratie que tu as le droit de tout faire, il y a des règles, des droits, et même des privilèges. Alors aujourd’hui, feu pour le plancher.

Tu comprends, le dessous en a marre de toujours passer après. C’est vrai que le plafond d’abord, c’est dormir au sec, mais sur une base pas stable avec le dos en vrac au matin. Alors un beau plancher… Mettons les choses à plat, faisons déjà la mer et le ciel suivra.

Et là…, tu vas attaquer le trait d’abattage, le point ultime, le point d’orgueil, et point de point d’interrogation. Le coup de grâce,  jusqu’à ce que ce géant de bois, de feuilles, de branches, de xylème, de phloème, de rayons ligneux, de rhytidome et d’enzymes s’écroule à terre dans son couloir d’abattage.

Epaulement ? 1/10 du  diamètre de l’arbre, OK. L’épaulement ? Quand tu scies derrière, t’es toujours un peu au dessus. Mnémotechnie ? Assis dans un stade, quand t’es derrière, t’es au- dessus, sinon tu vois rien, là c’est pareil. Intérêt ? Si l’arbre est joueur, qu’il ne veut pas partir là tu lui avais dit, à ce stade c’est lui qui s’assoie. Si tu as pensé à l’épaulement, il peut se contenter de s’asseoir sans tomber à la renverse et toi avec. Ça te laisse le temps de réfléchir, discuter avec lui, négocier, lui expliquer que vous ne pouvez pas rester comme ça, qu’il faut trouver une solution. En fait, la solution, c’est à toi de la trouver tout seul. Lui, en même temps qu’il s’est assis, il s’est assis sur tes problèmes. Eh ouais, fallait anticiper, mettre un coin, ou un levier, avant.

Charnière à conserver ? 1/10 de du diamètre de l’arbre, OK.  C’est pas parce que tu envoies l’arbre se promener dans le décor qu’il ne faut pas garder un lien avec lui. Sinon, il pourra partir où bon lui semble. En forêt, la liberté a ses limites et garder des liens, c’est important. L’arbre te sera reconnaissant de ce lien conservé et il viendra doucement s’allonger sur la litière. Il te prendrait l’envi de ne pas respecter cette charnière ? Eh oh la marmotte s’te plait…  Woodchuck - CopieEt puis, n’oublies pas, coupe toujours dans la zone de compression avant. Mnémotechnie ? Compression, con, débarrasse-toi toujours des cons avant. Avant d’attaquer le trait d’abattage, tu éteins ton moteur, tu préviens toute la forêt, les arbres, les fleurs, les lapins, les sangliers, les lombrics, ton collègue, un long cri de respect, et de souffrance. Tu oublierais de crier ?...  

9ab0ed76cf_66120_album-nac18 - CopieQue te dire de plus… Pour que l’on te suive dans la vie, il te faut de l’épaisseur. Alors plus de bois pour la charnière du côté où tu voudrais faire tourner cet arbre. Arbre avec trop de penchant. Alors allège lui cette tension dans le cœur, perce lui, par perçage, ou mortaise.

Quand le géant te fait signe qu’il est prêt à partir, tu ne tourneras pas les yeux, tu ne le quitteras pas des yeux durant toute sa chute, tout en te retirant avec respect sur le chemin de fuite. Le retour de son pied pourrait t’être mortel, tout comme un décrochage de branche morte ignorée tout là-haut dans la cime. Si tu ne te recules pas, l’évaluateur ne reculera pas non plus, et il te signifiera que tu as touché là à un…   9ab0ed76cf_66120_album-nac18 - CopieLa vibration du sol te fait vibrer à l’intérieur. Tu ne maitrises plus trop ton égo, ton orgueil. Oublie vite. Le géant est à terre mais le combat et tous ses pièges est loin d’être terminé. Bois un coup si tu veux. Il va te falloir maintenant préparer le défunt pour son dernier voyage. Il va te falloir désormais…, préparer la grume.

Tuto yoyo