4553448_3_5211_a-nice-le-10-janvier_86ff4fe0211164f3e883d4e57d9d80e0

L’union ne sera pas « sacrée », on s’en contrefout. Ils n’auraient pas forcément souhaité que cet adjectif vienne qualifier ce nom dont ils se seraient aussi méfier tant il est fragile. La définition de « sacré » nous renvoie à ses connotations religieuses, mais heureusement, nous l’avons, lui aussi, fait descendre depuis longtemps de son piédestal.

Dans les définitions du Larousse, on trouve « qui doit inspirer crainte et respect », ou encore « à quoi il ne faut pas toucher », il y aurait bien un sentiment de danger qui plane autour de ce sacré adjectif.

Il aurait surtout la faculté d‘amplifier tout, le meilleur comme le pire, « indique un très haut degré dans l’excellence ou au contraire marque la péjoration », c’est comme cela que l’on se retrouve avec de sacrés menteurs, et même de sacrés cons.

Nous allons donc laisser de côté aujourd’hui ces faux cons sacrés, pour nous consacrer à de sacrées nobles causes, ne boudons pas notre plaisir, ils doivent être sur le cul d’avoir provoqué ça, tout là-haut dans les étoiles, à des hauteurs inatteignables par des flèches de cathédrales ou de minarets.

Ouais, ils avaient un sacré toupet, un sacré coup de pattes, un sacré cœur, c’était de sacrés numéros, sacré nom de Dieu. Profitons-en pour honorer tous ceux qui meurent tous les jours sous les balles de sacrés enfoirés partout dans le monde, n’oublions personne.

Sortons des lieux communs, des lieux clos, marchons dans les rues, nous consacrerons cette foutue liberté, …dehors, au grand air, ce sera sacrément bien.