Je suis donc… formateur… Contrairement à ce que pourraient laisser entendre d’autres bribes  écrites sur ce blog, j’adore ce boulot. Mais, au lieu de m’enflammer trop vite et de pondre un document de synthèse de 50 pages sur ce job, je vais tenter d’éclairer le lecteur par le biais de « notes » le plus courtes possible, sinon…, sanction…, point de lecteur !

Donc aujourd’hui, traitons de la question, pourquoi ce job est passionnant.

D’abord, postulat : la Formation, le truc est sur toutes les lèvres. Le chômage de masse persiste : formation ! Le chômage chez les jeunes est inquiétant : formation ! Le monde de demain entraine de nouveaux métiers, de nouvelles façons de travailler : formation, formation, Formation vous dis-je !

Formationimage2Alors apparaissent, des ministres, des experts, des plans, des politiques de formations, des directives, des orientations, des réflexions, des pensées, bref, l’élite fait son boulot d’élite intellectuelle. Manque de bol, se glissent dans les experts en tout genre, des experts financiers qui eux vont regarder comment on pourrait construire le truc le plus génial possible, avec le moins de ronds possible. On vit au temps de la rationalisation, « ce n’est pas qu’une question de moyen », « l’argent doit pouvoir être mieux utilisé », oui je sais, ça vous rappelle des trucs !!!

On met tout ça dans un shaker et à l’arrivée, quand on ouvre, ce qui prédomine, c’est les pépettes disponibles, les grandes pensées philosophiques ne subsistant que dans les grandes déclarations officielles. En général, miracle, il y a moins de fric qu’avant dans le shaker, un vrai tour de magie. C’est comme le mélange 2 temps. Au bout d’un moment, l’essence bouffe l’huile moteur. Eh ben là, les grandes idées bouffent le pognon !

elagage-formation-grimpe-d-arbreJuste au-dessus des formateurs, il y a les gestionnaires des centres de formation. Ils voient arriver les directives des grands experts pour concevoir les formations, et l’enveloppe budgétaire qui va avec. Avec ça, il va falloir octroyer des formations à des demandeurs de formation, donc si on peut dire les choses comme ça, trouver des clients. Les clients seraient demandeurs de « produits » ? On ne pourra pas forcément répondre à leur attente car les « modules » de formation auront été conçus par les experts en amont, et les centres de formation ne pourront pas s’y soustraire, sinon, point de pépettes.

Illustrons : le gars veut apprendre à faire des fromages. Peut-être devra t-il se manger d’abord un module « découverte de la filière laitière », ou un « approche des filières commerciales de l’industrie fromagère » ou « découverte des différents écosystèmes », j’en sais rien, j’extrapole, mais l’idée c’est qu’au bout du compte il ne sera peut-être pas faire du fromage, trop ras des pâquerettes (elle est bonne !).

fabrication-fromage-eleve-formateurRésultat des courses : un formateur, c’est un gars qui ne conçoit pas les programmes, les produits de formation, ni leur durée, ni leur contenu. Il n’a pas de regard non plus sur le profil de ses futurs stagiaires, qui auront été orienté de façon cohérente, ou pas !

Rappelons qu’il n’a pas de formation puisque dans beaucoup de domaines, la formation des formateurs ça n’existe pas. Tout cela arrive dans son shaker perso… A la sortie, il faut que le client, qui n’est pas vraiment son client à lui, soit satisfait du produit vendu qu’il n’a pas conçu lui-même.

Evidemment, présenté sous cet angle, on pourrait se retrouver plutôt inquiet quant à la pertinence de la Formation. (On peut être inquiet !!! lol…). Mais remontons-nous un peu le moral. C’est là que ça devient passionnant. Car "là où ça se passe", c’est bien pendant la prestation de formation. Le vrai produit, c’est le travail du formateur. Durant ce temps, formateurs et apprenants se retrouvent entre eux, sans expert, sans pédagogue, sans grand penseur, sans financeur, sans gestionnaire, sans même conseiller pédagogique ou autre. Aucun concepteur, aucun organisateur n'est présent. Et malgré tout, des fois, un petit miracle se produit. La mayonnaise arrive à prendre.

btm-fleuristePeut-être parce que tous les autres acteurs suscités ne sont pas là ?

Dernière minute : adapter les produits à la clientèle, c’est un peu la règle dans toute activité qui se respecte. Les mieux placés pour répondre à cette question, c’est ceux qui connaissent la clientèle. Pas mal placés les formateurs pour ça. Eh ben vous savez quoi ? On ne vient jamais rien leur demander à ceux-là. Ben ouais, tu penses, ils sont même pas formés !