L’appart était sombre. Pour délimiter le coin cuisine, le mur avait été peint en jaune citron. Pas citron vert, mais citron pas bien jaune non plus, un jaune vert un peu froid, de quoi perdre trois degrés en hiver. J’avais filé chez Weldom. Le citron était devenu orange, orange fusion ça s’appelait, de quoi faire de belles économies de chauffage.

Décembre 2015, je rends l’appart, un autre choix de vie, pas le sujet de cette chronique. Etat des lieux. Arrrgh…, sur le sol, discrètes, mais le « proprio colombo » avait retrouvé quelques gouttes d’orange fusion. A priori, lui, il était plutôt resté citron. En tout cas, pas un farouche partisan du concept de locataire peintre. Alors, faire valoir un « embellissement », fallait pas y compter. Ces quelques gouttes au sol ruinaient tout espoir de reconnaissance. Ah ben ouais, pas de rétribution non plus, t’es dingue !

Comment-rédiger-létat-des-lieux-Toutes-les-infos-

D’autant qu’il n’avait pas encore sorti l’arme secrète. J’étais « jamais là », « toujours en déplacement », « pas trop le temps de faire à manger ». A d’autres. Regardons plutôt le filtre de la hotte. Merde, je ne l’avais jamais fait. Merde, on ne l’avait pas regardé à la prise de mes fonctions. Foutaise, y aurait fallu le nettoyer. C’était la goutte qui allait entacher tous nos rapports au demeurant cordiaux, mais entachés désormais. J’étais mort. Putain de hotte !

Dans l’appart suivant, il y avait bien une hotte, mais les proprios étaient encore un peu jeunes. Le « coup de la hotte » ne faisait pas encore partie de leur arsenal. Qu’importe, ils avaient eux aussi du sang d’héritiers dans les veines. Pour la visite de sortie, le rendu était nickel. De quoi se permettre de faire le malin. « Tout est OK, sauf là, désolé, on a fait une petite rayure de 20cm sur le parquet au moment du déménagement », parquet que les propriétaires fonciers en herbe avaient installé pour faire plus moderne. Enfin…, pour faire plus cher surtout.

Nos « Rastignacs du locatif » s’étaient jetés sur cette rayure comme la vérole sur le bas clergé. La réparation allait couter une blinde à faire fondre la caution. Je ne cautionnai guère leur honnêteté et les rayait à tout jamais de la liste des gens qui ont encore un savoir vivre.

images

Finalement, après encore un dernier appart pour la route, je décidais de mettre fin à mon passage dans cette charmante petite ville de Provence. Septembre 2017, rendu de ce dernier logement, briqué pendant des heures, donné, c’est vrai, nickel, rendu nickel, en plus en laissant les rideaux. Ça sentait le velours. Presque prêt à refaire le malin : « il n’y a juste que cette accroche de volet cassée… ». Mais l’instinct me préservait de trop parler.

Quand le vieux…, attends…, je ne dis pas ça par manque de correction vis-à-vis des personnes âgées mais bien parce que là j’avais là à faire à un logeur cinq étoiles, des décennies de bail, visites et état des lieux en tout genre, le Kador de l’état des lieux. Le vieux donc matait les placards de cuisine, touchait les poignées de porte, me signalait qu’il faudrait tout repasser à l’alcool. Et puis le bac de douche, fallait qu’il retrouve sa blancheur, plus blanc que blanc. Coluche, lui, me faisait rire. J’avoue que j’avais presque envie de pleurer. Pas pour le fric en fait, non. J’avais comme une tristesse qui me montait au cœur. Ecœuré, ouais, ça doit être ça. Le voilà qui se dirigeait maintenant droit sur la hotte. Non, il n’allait pas faire ça, trop commun, trop banal, trop classique. La classe c’était pas son truc. Le filtre était déjà dans sa main, merde pas vraiment sale. Qu’importe, « il faudra le passer au lave vaisselle ». Ouais… joli, là bravo, je reconnais, chapeau l’artiste !

Bon, le pus dur, ça a été d’accepter le coup à boire. Je me suis dit, ce mec doit payer tellement peu de chose que c’était impossible de refuser. En même temps, avec trois heures de ménage à vingt euros de l’heure pour un appart tout propre, y avait un budget. Largement de quoi se bourrer la gueule.

Allez salut la belle. Il sera dit que tes enfants d’aujourd’hui ne peuvent pas rendre l’intégralité d’une caution. Le vieux a une bonne partie de ses logements : vides. Les apparts rendus trop sales, c’est pas son truc. Trop facile, trop simple ! S’il trouve un locataire avant la fin du mois, « il appliquera une décote au dernier loyer ». Laisse tomber. Moi, ma décote, elle est déjà appliquée.

65fcd828e4d0009d762eb3a32ad3616a--design-styles-loft-home