N’y allons par quatre chemins. Quels chemins d’ailleurs ? Ici, il vaut mieux parler d’allées goudronnées. Mes racines traçantes s’estompent au ras de l’asphalte dans ce camping industriel au nord de l’héraut. C’est quoi un camping industriel ? Un peu comme un élevage de veaux ou de porcs en batterie, d’après ce que j’ai pu capter des conversations happées par les nuages de coton que je produis au printemps.

graines_accroL’animal que d’autres élèvent ici, dans des emplacements tirés au cordeau à l’intérieur desquels on serait bien en peine de trouver le moindre survivant de notre tribu, c’est tout simplement l’espèce humaine. Pratique : il va de lui-même faire ses besoins dans des lieux d’aisance qui lui ont été fléchés. Et quand l’agent d’entretien survient avec un véritable karcher pour faire place nette, nous l’invitons à se retenir ou à marcher le long du goudron jusqu’à la prochaine case sanitaire.L’appareil est certes un peu bruyant. Cependant nous sommes très sourcilleux sur le bruit. Après 22 heures, les animaux ne peuvent plus pénétrer dans la zone d’élevage et doivent laisser leur véhicule à l’extérieur. Ils ont cependant toute liberté pour aller se divertir au bar pizzéria juste en face, qui ce soir organise justement une soirée initiation à la salsa avec un prof de danse au micro qui de sa voix, couvre une bonne partie du camping. Nos animaux sont exigeants. Le silence absolu serait trop anxiogène. Les agents d’élevage eux ne roulent qu’avec de petites voiturettes électriques, totalement silencieuses même la nuit lorsqu’ils font leur tournée d’inspection pour vérifier l’absence de toute population rebelle venant des forêts voisines. Note cheptel doit rester pur. C’est plus facile à gérer.

Peuplier_Noir_3_Ch_teau_de_Mantelon_Den_e_Maine_et_Loire

Mais l’élevage a ses contraintes, surtout économiques. Nous avons donc été contraint de faire évacuer les déchets par d’immenses camions poubelles qui viennent vider les containers dans la plus grande discrétion dès 8H00 du matin. C’est que le secteur compte beaucoup de sites d’élevage en cette période estivale. Il faut rentabiliser les camions.La dame de l’accueil a intelligemment placé ce couple sympathique sous tente près de l’entrée. L’entrée est juste à côté du local poubelle. Pratique, ce matin les voilà tout aussi près de la sortie vers laquelle ils semblent se diriger définitivement. Le lac n’est pas loin. Ils vont croiser nombre de mes congénères en liberté. Oh, je ne me plains pas. Pour le moment, avec une bande de copains à peu près alignés, nous sommes les meilleurs producteurs d’ombre de tout le camping. Ici, tout à un prix, surtout l’ombre. Avec nos houppiers un peu déguigandés, il ne faudrait cependant pas qu’un de nous perde un bras. Ce serait direct la coupe militaire pour l’hiver prochain car aucun animal ne serait être blessé, encore moins sa voiture endommagée.

bando-gauche

Il paraitrait pourtant que certains humains se passionnent pour notre cause. En tant que grands acteurs de la ripisylve (cherchez !!), l’histoire récente nous a pas mal malmenés. Eh oui, Homo sapiens sapiens à la manie d’aller pas mal trifouiller depuis longtemps, le bord des rivières. Et comme pour lui nous avons toujours manqué de rectitude, il nous a beaucoup croisé pour nous planter sur des terrains, Dieu soit loué, humides, pour nous faire produire du bois bien droit. Résultat, notre patrimoine génétique de base est en danger. Ça l’enquiquine un peu parce que pendant ce temps, tous les clones sortis de cette période merveilleuse de libéralisme sylvicole sont bien plus sensibles à tout un tas de bébêtes.

Ah là là, rien de nouveau sous le soleil.D’ailleurs, ça va encore taper dur c’t’aprèm. On va sûrement en voir se radiner avec leurs grosses boules en métal. Il reste un peu de place pour jouer le long du ruban noir qui commence à chauffer.