On dit : il ne faut pas se cacher derrière son petit doigt. C’est ridicule. Ben oui, c’est impossible. On est toujours plus gros que son petit doigt (non je suis pas gros, c’est pas le problème). Mais si l’expression existe, c’est que certains essaient de le faire quand même.

- Qu’est-ce que ça fout encore dans un blog forestier ça ?

Bon d’abord, c’est un blog forestier si je veux. Deuxio, c’est surtout un blog tout court. J’en fais c’que j’veux. Si tu veux un lien « forêt »,  j’vais t’en trouver un de lien. Par les temps qui courent ça se trouve, y a des liens sur tout, partout.

- Eh ben te gène pas. Va s’y !

Bon d’accord, creusons cette histoire de doigt. Ya qu’à gratter un peu l’écorce.

- J’croyais que ça s’faisait pas sur un arbre…    

u 040

T’es chiant, c’est pas grave de gratter l’écorce, j’ai dit gratter, pas creuser. Si tu grattes, tu restes dans le rhytidome, la pellicule à l’extérieur, c’est que des cellules mortes.

- Ah ouais elles sont mortes, alors on peut les virer ?

Eh ben en fait non ! Ouais c’est marrant ce truc parce  qu’elles sont mortes mais elles protègent les vivantes en dessous, un peu comme un isolant. D’une certaine façon y a une continuité entre le vivant et le mort. Pas vraiment comme nous ! Et puis, tiens, je vais te faire un lien aussi avec le titre du blog. Si on parle cambium, l’arbre n’en n’a pas un mais deux. Bon tu connais le cambium pour faire grossir les troncs. On se retrouve avec un empilage de cernes concentriques, le bois le plus vieux se retrouvant au centre, qui devient progressivement du bois de cœur. Ouais, pas vraiment comme toi qu’a de plus en plus de cernes et de moins en moins de cœur, bon bref… Eh bien tu as un deuxième cambium à la périphérie qui lui s’occupe de l’écorce. Et là, la jeune écorce est toujours dessous, poussant la vieille à l’extérieur.

- Qui finit par devenir du rhytidome ?

Perfect. Et comme le cambium du bois fait grossir le tronc, le rhytidome finit par se craqueler en faisant des dessins et chaque essence d’arbres se débrouille différemment ce qui fait qu’on peut reconnaître beaucoup d’arbres à l’écorce. Tu vois là, je te fais mettre le doigt sur quelque chose.   

100_1501

- Mais le rapport avec ton doigt que tu te caches derrière ?

Ben… Bon déjà, le doigt, faut pas se le mettre dans l’œil. Parce qu’après, tu ne vois plus rien. Du coup tu crois que t’es bien caché derrière ton petit doigt mais en fait, c’est que t’y vois que dalle. Et après pour obéir au doigt et à l’œil, tu l’as dans le…

- Ouais, à choisir, vaut mieux se cacher derrière un arbre, un où les cambiums ont déjà bien bosser. En plus, si tu choisis comme arbre celui qui cache la forêt…

Ah ah, elle est bonne… Mais t’as raison. Encore que là, l’expression a une signification un peu différente. Parce qu’en fait, dans pas mal de cas, ça marche !

- Ouais, en fait, surtout pour ceux qui se mettent le doigt dans l’œil.

Ou qui se cachent derrière leur petit doigt !

- Ou qui ne voient pas la poutre qu’ils ont dans les yeux.

Surtout que pour avoir une poutre, y a fallut abattre l’arbre, et après, pour se cacher derrière… Mais en fait c’est marrant parce que, même si ça parait débile, on se met tous des doigts dans les yeux.

- Même si on se voile la face ?

Et ouais, là encore plus ! Mais des fois on est content d’en avoir pleins les yeux !

- Ouais ben y en a, c’est de la merde qu’ils ont pleins les yeux. Heureusement qu’ils les ont pas toujours en face des trous.

- C’est vraiment un truc à se casser le nez.

Et c’est vraiment dommage. C’est bien d’avoir du nez.

- Ben ouais, un bon moyen de ne pas se mettre le doigt dans l’œil. En même temps techniquement, se protéger les yeux avec le nez…, pas évident…

Mais si ! Parce que si tes yeux courent un risque, tu te protèges les doigts dans le nez.

- Ah ouais c’est quand t’as gagné ça. Mais quand t’as perdu…

C’est pas grave, parce que tu t’es mis le doigt dans l’œil, avant, parce qu’après…

- Ben après, faut surtout pas se les mettre dans le nez. Moi par exemple, je veux bien sentir les choses, mais en même temps je sais qu’il ne faut pas aller mettre son nez partout !

Quand tu penses que quand on était môme, c’était les doigts qu’on nous demandait de ne pas mettre partout !

Bon allez, assez déconner, je retourne en forêt moi, jouer à cache cache tiens.   

u 033

- Bonne idée. Surtout évite la forêt de préjugées.

T’inquiète… Y a tout un tas de mecs là-bas qui se cachent derrière leur petit doigt qu’ils peuvent se mettre où je pense, et au bout du compte, ils ont pleins de trucs à cacher.

- Tu l’as dit. Ça manque pas, faut pas se le cacher. Ils cachent bien leur jeu, et puis aussi, leurs ambitions, leur impatience, et puis un jour la réalité, et puis plus tard leur impuissance.

Bah, de toute façon, ils ont bien du mal, à cacher leur vrai visage.

- T’as raison. Surtout en restant derrière l’arbre qui cache la forêt.

Les cons… Et tu crois que même en cas d’orage ils restent dessous ?

- Evidemment !

Et pourtant, ils finissent quand même mouillés !

- Les cons… Bon et puis ne remue pas trop le tapis de feuilles

Et pourquoi donc ?

Ces gars là cachent toujours de la poussière sous le tapis.

- Ah ah. Bon allez, sauve toi, va te cacher. Moi, pour ne rien te cacher…

De ton anatomie ? Si si tu peux, vu que toi ton cambium, il fait ressortir une drôle d’écorce à l’extérieur.

- Allez dégage, va te cacher !   

u 041