Sans être scientifique, on peut quand même passer son temps à étudier, étudier ses congénères par exemple. On le fait tous, plus ou moins. On est vite confronté à des tendances qui peuvent vite entrer en contradiction, comme par exemple, le statique, et le dynamique.

Le statique, ce serait de très vite figer sa pensée, genre, c’est comme ci et c’est comme ça, les hommes comme ci, les femmes comme ça, les jeunes, les vieux, les blancs les noirs, et les arabes, alors là j’te raconte pas ! 100_1534 Le dynamique, c’est de ne rien figer, regarder l’autre en perpétuelle évolution, et au final s’intéresser plus à son évolution qu’à ses données de départ. On peut aussi carrément dynamiser sa pensée, qu’elle soit elle aussi en perpétuel mouvement, de revoir en permanence sa façon de penser, ce qui me semble vrai aujourd’hui ne le sera pas forcément demain.

Bon, après, on peut faire du « dynamique humanitaire », genre il y a forcément quelque chose de bon en chaque individu, le tout est de le trouver, voire de l’aider à le trouver. Les religions ne font pas que des conneries, elles tourneraient bien toutes plus ou moins autour de cette idée.

Démarche certes plus humanitaire que scientifique, car elle part d’un concept non prouvé. Finalement, pas si dynamique que ça, elle fige un idéal incertain. Certains seraient irrécupérables ? Que nenni ! Les ultras positifs vont plus loin. Même les pires sont à prendre en considération. Il y a forcément une explication, enfance difficile, père dictateur, frappeur, mère partie que sais-je. Ceux qui s’aventurent trop loin sur ce chemin peuvent finir par se perdre. A vouloir tout excuser…, les chats ne font pas des chiens etc. 100_1532 Non, le positif s’oppose avant tout au négatif. Pour les « négas », c’est déjà foutu, l’homme est foncièrement mauvais, il s’autodétruit et la planète avec, pas la peine de se prendre la tête, même pas d’aller chercher des violons pour pisser dedans.

Ben ouais, surtout que le dynamique n’a pas à être positif ou négatif en fait. Le dynamique a bien le droit d’être négatif aussi après tout. Eh ouais, des fois, les choses ne peuvent qu’empirer, c’est bien connu.

Bon, je vais où avec mon délire. Eh ben, droit à l’équilibre, ben ouais je sais c’est chiant ennuyeux, ça tourne en rond, comme la terre, mais ça marche : le pour et le contre, le yin et le yang, le haut le bas, le plus, le moins, eh ouais, l’équilibre c’est chouette, mais zéro aussi, pas simple.

Bon, qu’est-ce que ça fout dans un blog forestier c’t’affaire. J’t’explique. Pour structurer, donc si on veut, architecturer un peu sa pensée, les arbres, c’est le top de l’architecture. Et là, question équilibre, respect.

Chez un arbre, le statique porte le dynamique, et le dynamique nourrit le statique. L’homme toujours un peu déséquilibré se croit souvent autorisé de lui couper le dynamique. Mais l’arbre stocke du dynamique dans le statique, et truffe le souterrain, l’invisible, de dynamique, que l’homme ignore juste parce qu’il ne le voit pas, genre Saint Thomas butté même devant Jésus.

Euh, je fais quoi de tout ça moi maintenant ? Eh bien, toi, qui voulait, qui veut, qui voudra, qui voudrait, qui voulut, qui aurait voulu, qui eut voulu, ça marche à tous les temps ce truc, et même par tous les temps, et…, ouais, tout le temps aussi !, nous pourrions, pourrons (bon ça va, on a compris), nous comprendre.

Le statique seul ne peut pas vivre, le négatif seul ne peut pas vivre, et l’évolution de tout est permanente, la pensée ne peut se figer, tout est toujours en mouvement. Regarde, c’est le printemps, regarde les fleurs, chouette le froid s’en va, mais zut la chaleur arrive. T’inquiète, les feuilles aussi. Alors, tu peux remettre ta pensée en mouvement.

Ndla : pas sûr d’avoir bien tout compris moi-même ! Bon, faites comme vous voulez !

100_1552